Image
Julia Tournant

Qui êtes-vous ?
Je m’appelle Julia Tournant, j’ai 22 ans, j’ai grandi à Paris et je suis la troisième d’une famille de quatre enfants. Je suis étudiante au sein du Master of Science Data Science for Business, une formation en 2 ans en partenariat avec HEC.
Avant de poursuivre mes études en MSc, j’ai obtenu un Bachelor en mathématiques et informatique à l’université de Northwestern, à Chicago, où j’étais « Student Athlete » pendant quatre ans.

Quelle a été votre réaction après avoir remporté le championnat de France ?
Je suis très heureuse d’avoir gagné et honorée d’avoir représenté l’Ecole Polytechnique lors de ce championnat.
Je suis contente de la qualité de mon jeu, qui s’est reflétée dans mes scores (72-70-69) et satisfaite de la façon dont j’ai géré ma semaine en me concentrant sur mon propre jeu plutôt que sur celui de la concurrence. Je suis aussi très heureuse d’avoir réalisé un trou en 1 (mon premier) pendant le premier tour de la compétition !

Depuis quand pratiquez-vous le golf ?
Ce sport a toujours fait partie de mon quotidien. J’ai commencé le golf à 5 ans au Racing à Versailles et ai participé à mes premières compétitions vers l’âge de 7 ans.
J’ai tout de suite aimé jouer en compétition ; cela m’a permis de rapidement progresser et j’ai très vite fait partie des meilleures françaises de ma catégorie d’âge.

Quelles compétences avez-vous acquises grâce à ce sport ?
Le golf m’a appris à me concentrer, à canaliser mes émotions, mais aussi à persévérer et m’organiser à l’approche des échéances pour bien performer.
Ces compétences me servent au quotidien dans de nombreux domaines. En pratiquant un sport de haut niveau, je me suis rendu compte que tous les aspects de la préparation sont importants et qu’il y a une marge de progression pour chacun de ces aspects. Nous pouvons sans cesse nous perfectionner, ce qui permet d’être compétent sur le long terme.
Mes études m’ont aussi beaucoup apporté dans mon jeu : je suis capable de mieux raisonner et donc de prendre de meilleures décisions sur le terrain. Le golf repose en effet beaucoup sur la stratégie de jeu : la prise de décision est importante puisqu’il faut à tout moment choisir le meilleur coup à jouer pour bien scorer.

L’univers compétitif dans lequel vous baignez depuis votre plus jeune âge ne vous a-t-il pas amenée à vous mettre trop de pression dans vos études ?
Je ne me suis jamais mis trop de pression en termes de résultats scolaires. Plus j’avançais dans mes études, plus les étudiants autour de moi étaient bons. Avec les années, j’ai appris à me concentrer sur ce que j’avais à faire sans trop me comparer.
Je suis consciente que personne ne peut exceller dans tous les domaines, il faut donc l’accepter et surtout se rendre compte qu’un tel objectif n’est ni productif, ni bénéfique !

Avez-vous déjà pensé à arrêter le sport ?
Jusque-là, je n’ai jamais eu à me poser cette question. Lorsque j’étudiais aux Etats-Unis, j’ai pu concilier sport de haut niveau et études supérieures, même si c’était très intense. J’étais curieuse de connaître le meilleur niveau que je pouvais atteindre et c’est pour cela que je suis partie. Si je n’avais pas obtenu de bourse sportive pour y aller, j’aurais intégré une classe préparatoire et aurais été contrainte d’arrêter de jouer au golf, du moins momentanément.

Quels conseils donneriez-vous à celles et ceux qui souhaitent allier études supérieures et sport de haut niveau ?
Je pense que l’idéal est d’intégrer une structure dans laquelle le sport a une place importante. Autrement, les deux activités risquent de devenir très difficiles à combiner à long terme.
Si l’intégration d’une école qui permet de pratiquer un sport à haut niveau tout en étudiant n’est pas possible, je pense qu’il vaut mieux prioriser et faire un choix pour mieux préparer son avenir.

Quelles sont vos ambitions pour le futur ?
Je suis actuellement en stage de fin de première année de Master au sein de l‘entreprise DREEM -- une entreprise française qui allie technologie et connaissances scientifiques sur le sommeil.
Pratiquer un sport de haut niveau m’a sensibilisée sur le sujet de la santé et le secteur de la Tech m’a toujours intéressé. Je souhaite donc m’orienter vers le domaine de la santé digitale.
En ce qui concerne le golf, je ne me fixe pas d’objectif précis. Je m’entraîne régulièrement et participe à des compétitions afin de garder le sens du jeu et continuer à bien scorer.